La règle des 33% va-t-elle vous inspirer?

La règle des 33% a été énoncée récemment. Dis moi qui tu fréquentes, alors je te dirais qui tu es. Cette citation est sur le point de tomber en désuétude, depuis l’énoncé de la règle des 33%. Nous savons que c’est en fonction de notre environnement que nous faisons le plus de choix d’orientation. Afin de toujours évoluer, une répartition des relations que nous entreprenons est nécessaire. La règle des 33% a été énoncée par et popularisée par des entrepreneurs. Cette idée viendrait de Tai LOPEZ, un conférencier américain bien connu. Il encourage tout le monde dans tous les domaines de vie, à partager leur temps avec des personnes moins qualifiées que nous, mais aussi d’autres qualifiées au même niveau et enfin, d’encadrer des personnes moins qualifiées que nous!

33%, représente le tiers de 100%. 

Nous devrions élargir nos cercles de fréquentations, de manière à être capables d’interagir avec tous types de personnes. Les 33% sont composés des trois catégories de personnes qu’on vous recommande de fréquenter régulièrement. Cette règle des 33% me parait logique. Elle nous permet de garder un oeil dans le passé (en aidant les autres à évoluer), un oeil dans le présent (en fréquentant nos pairs) et un oeil dans le futur (en recherchant l’encadrement de nos mentors).

Comment pouvons-nous répartir ces fameux 33%?

  • Premièrement, 33% de personnes que nous allons encadrer et mentorer. En les prenant sous notre aile, nous leur transmettons notre savoir. La transmission fait partie du processus d’apprentissage. Elle nous permet même, de valider notre savoir auprès de nous-même. De plus, en prenant le temps de transmettre ce que nous savons, nous permettons aux différents cercle d’influence, de s’améliorer vers le haut. Devenir mentor ne se fait pas nécessairement en face à face. Cela peut se faire par la construction de formations en ligne par exemple, par l’écriture de livres ou la publication sur un blog. Ce qui est important, c’est la fréquence à laquelle nous allons décider d’agir.
  • Deuxièmement, 33% de nos pairs. Ce sont les personnes qui sont au même niveau de connaissance ou de développement que nous. En continuant à fréquenter nos pairs, nous restons à jour dans notre domaine de compétences. Certaines personnes aiment la solitude. Cependant, elles ont de fortes interactions sur les réseaux sociaux. Je leur recommande de se tenir au courant, en regardant des vidéos ou en lisant les livres de leurs contemporains. Nous pouvons le faire avec nos collègues ou lors de rencontres avec nos amis. Chacun peut choisir son cercle de pairs.
  • Troisièmement, 33% de personnes qui seront nos mentor. En effet, si nous pouvons enseigner, nous nous devons d’être enseignables. Cette notion se réfère directement à celle des niveaux de développement. Nous nous développons aussi en fonction des personnes dont nous apprenons quelque-chose. Augmenter nos interactions avec nos mentors, nous améliore. Ils tendent à nous mettre au défi. C’est grâce à eux en premier lieu, que nous pouvons évoluer. Chaque instant passé aux côtés de vos mentors, vous améliore un peu plus. Pensez-donc à suivre un maximum de ces personnes, qui vous inspirent au quotidien.

L’idée des 33% est séduisante.

Elle invite à rester connecté en permanence avec notre environnement. Ce genre de position est centrale. Elle aide également à développer notre leadership. Les leaders sont souvent plus connectés à la réalité de leur environnement. Par ailleurs, ceux qui adoptent cette position centrale grâce à la règle des 33%, élargissent leur cercle d’influence. C’est ce que proposait Stephen Covey, dans son livre : Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent.

Qu’est-ce que cela vous inspire? Pratiquez-vous déjà cette méthode et si oui, avec quels résultats?

Je suis pressé de lire vos commentaires. Mais dites-moi tout d’abord ce que la règle des 33% vous évoque et on en reparle très vite!

Johan.

Les commentaires sont fermés.