La libellule va toujours de l’avant.

Comment se libérer des dépendances affectives et  addictions ?

Comment se libérer des dépendances affectives et  addictions ?

Dans ce contenu, je te donne quelques pistes tirées de mon expérience personnelle, pour t’aider à atteindre ces objectifs. Elles t’aideront à comprendre comment se libérer des dépendance affective et  addictions. J’ai également posté ce contenu sur ma chaîne Youtube et sur mon compte Soundcloud.

J’ai eu un vécu avec les addictions et avec la dépendance affective, durant une grande partie de ma vie. Ma chronologie avec les addictions : 

Cigarettes > 10 ans : 2003 – 2013

Alcool > 15 ans : 2005 – 2020

Café, thé > 13 ans : 2007 – 2020

Herbe > 20 ans : 2002 – 2022

Je me suis sorti seul de mes addictions, en comprenant le lien qu’il y avait entre la gestion émotionnelle et les addictions.

À chaque fois que j’ai tiré un trait sur une addiction, j’ai constaté que quelque-chose s’était passé en moi : J’étais devenu plus fort, pour gérer mes émotions. J’étais devenu plus puissant en moi et j’avais appris comment résister à une faiblesse émotionnelle apprise. Ce n’est qu’en 2021, que j’ai fini par comprendre le lien qu’il y avait entre les émotions, la dépendance affective et les addictions, alors que j’avais rechuté suite à une déception sentimentale, dans une de mes addictions : le cannabis.

Quand j’ai compris le lien, j’ai cherché à me fortifier émotionnellement pendant plus d’un an et c’est en utilisant une émotion, que je me suis tiré de cette addiction, au détour d’un mal entendu. Une fois que le lien fut fait, je me suis libéré de ma dernière et plus longue addiction. Si je te partage cette expérience, c’est pour que tu réussisses de ton côté, à en bénéficier pour te défaire de tes addictions et de ta dépendance affective qui n’est rien d’autre qu’une addiction à une personne ou à un groupe d’individus.

La dépendance affective, c’est quoi ?

Émotionnellement je ne peux pas vivre sans … lui, elle, eux … Si mon environnement est instable, il m’amène à la dérive. Je trouve un responsable extérieur à mon mal-être, ce qui facilite ma rechute sans culpabilisation. Je retourne vers un penchant qui me permet d’exprimer ma détresse, dans l’auto-sabotage.

Les addictions c’est quoi ?

Émotionnellement je ne peux pas vivre sans … cet objet, cette substance, ce produit… dès que j’ai une perturbation émotionnelle, j’ai recours à ma béquille psychologique donc à mes drogues favorites : alcool, cigarette, cannabis, etc. L’addiction c’est se comporter face à quelque-chose de non essentiel, comme-si cette chose était devenue vitale dans ton quotidien.

Mais la vraie question à se poser est sans quoi ne peux-tu pas vivre précisément ?

Sans le nouveau confort acquis ! Car oui, il est confortable de boire ou de passer du temps à tuer l’ennui, sur son portable. Il est aussi confortable de donner les responsabilités de sa vie, à une personne qui en vient parfois à jouer le rôle de parent, dans ton quotidien.

Les deux attitudes prennent souvent naissance dans un rapport disproportionné entre une attente non satisfaite durant l’enfance et un désir de combler un manque qu’on ne s’explique pas, à l’âge adulte.

Quel est le lien entre les deux ?

Plus on se rend compte qu’on a du mal à vivre sans quelque-chose ou sans une relation, plus on doit être conscient de sa dépendance à cette chose ou à cette relation.

Ce sont des marqueurs de déséquilibres émotionnels.

Nombreux sont ceux qui essaient des produits addictifs durant leur jeunesse puis qui s’en défont aussi rapidement que leur cercle social évolue (boulot, amitiés, situation sociale et amoureuse, etc…). 

Nombreux sont ceux qui tombent dans le piège et y restent, ne comprenant pas le lien qui existe entre l’addiction et le manque d’affection ressenti.

Les addictions ont pour faux avantage, de nous aider à nous sentir en enfance.

Elles provoquent une sensation qui nous éloigne de notre responsabilité à devoir gérer le monde, comme il est : froid, distant, injuste, cruel.

Nos addictions deviennent des prothèses de renfort, aux agressions externes.

Développer sa maturité émotionnelle

  • Apprendre à rester seul durant des périodes prolongées (bon pour les célibataires)
  • Encourager son entourage, à trouver des moments pour se régénérer (ça se fait généralement seul – retraites religieuses de ma jeunesse)
  • Apprendre à vivre sans … De temps à autre, il est sage de ne pas accéder précisément, à ce qu’on pourrait obtenir en un claquement de doigts et de voir combien de temps on peut vivre sans ce confort émotionnel. Le jeûne est un excellent exercice pour cela, surtout quand on sait précisément de quoi on a envie, au moment de jeûner (cela aide à maîtriser ses désirs).

Se connaître en profondeur

  • Être conscients des émotions et circonstances qui nous mettent dans nos états de dépendance affective.
  • S’accorder du temps pour changer d’habitude > Constater qu’on a une dépendance est un premier pas. Arriver à s’en défaire est une autre étape
  • Tenir un carnet de notes. Consigner ce qui nous interpelle, sur notre propre comportement.

Sélectionner son cercle de proches

  • Nos parents ne sont pas toujours les personnes qui nous aideront à nous en sortir. En effet, leurs comportements sont parfois ceux qui nous ont poussé vers nos addictions.
  • Les personnes qui cessent les addictions se font souvent entourer de personnes dans la même optique. Elles peuvent également vivre un changement d’environnement en rentrant en religion, en changeant d’emploi, en rencontrant un partenaire amoureux, en interagissant avec un nouveau groupe d’amis, etc.
  • Plus on s’entoure de personnes lucides sur le pouvoir de la sobriété (qui n’est pas la frugalité ou un quelconque minimalisme), plus on affirme son indépendance aux addictions.

On peut retomber dans une dépendance affective, en retrouvant des personnes avec qui on avait une habitude de dépendance, dans le passé. C’est l’une des raisons pour lesquelles il vaut mieux rester loin des personnes desquelles on s’est éloigné, pour de bonnes raisons.

Se conquérir à nouveau

5 Transmuter ses anciennes manies en habitudes vertueuses :

  • Plutôt que de détruire, choisir de créer. Auto-sabotage ou auto-édification ? Le choix t’appartient.
  • Puis, utiliser les moments de détresse émotionnelle, pour exprimer sainement ta créativité. Toute une gamme d’émotions sont à ta disposition. Il te suffit d’apprendre à les utiliser pour les exprimer à bon escient.
  • Le retour à la réalité te permettra de grandir intérieurement. Ce sera l’occasion de transformer tes faiblesses en atouts.

Dépendance et addictions : les grands dangers.

Les déceptions sentimentales sont plus dangereuses que les addictions, car elles peuvent laisser des marques plus profondes. En effet, se défaire d’une addiction peut prendre plusieurs mois. En revanche quand une déception sentimentale prend sa source dans une trahison, dans un abandon ou une autre blessure infligée par un être aimé, la douleur peut rester vive, jusqu’à la fin de nos jours.

De nombreuses personnes ont perdu la tête, en se trouvant dans des circonstances de meurtrissures émotionnelles profondes. La dépendance affective qu’elles ont ressenti pour une personne peut avoir pour fin, une des raisons exposées ci-dessus. Il en résulte que l’individu qui connait ces circonstances dans sa vie, peut souffrir d’une douleur indélébile. 

La dépendance affective s’accentue parfois, quand dans notre entourage, nous avons affaire à des individus qui manipulent nos émotions et qui prennent un malin plaisir à nous faire vivre des montagnes russes émotionnelles, jusqu’à leur abdiquer notre pouvoir. Une fois que nous leur avons donné notre âme, ils deviennent ceux dont nous avons besoin, pour nous sortir de nos petites blessures du quotidien. Ces personnes cultivent souvent nos insatisfactions, comme le font les substances addictives. Quand nous en arrivons à ce stade, nous avons de plus en plus de mal à nous défaire de leur influence. Celle-ci piège le dépendant affectif et en fait une victime volontaire, sous pression permanente, de la personne qui la manipule.

Ainsi donc, quand on se retrouve avec une personne qui utilise nos émotions pour nous faire perdre la raison, il vaut mieux nous en éloigner. En effet, aucune relation saine n’est éprouvante émotionnellement. Nul n’est sensé « perdre la tête », dans une relation équilibrée. Chacun est censé garder l’équilibre émotionnel dont il dispose le plus longtemps possible, dans une relation bienveillante.

Donc en reconnaissant que tu développes une dépendance affective pour un individu ou pour un groupe de personnes, tu peux choisir de t’en éloigner durant tes périodes d’isolement.

Sinon, la relation de dépendance affective te laisse peu de choix. Elle craint de te laisser partir et trouvera un moyen très efficace de te garder dans son entourage : la culpabilisation. Une fois qu’une personne te fait culpabiliser d’avoir pris tes distances avec elle, soit elle est dépendante de toi, soit ta dépendance à elle, lui manque. 

Conclusion

Le meilleur moyen de te libérer de dépendance affective et addictions est de :

  • Te rendre compte que tu es dans une situation de déperdition énergétique
  • Choisir de garder ton énergie (argent, temps, émotions, santé) pour toi
  • Prendre tes distances avec la situation qui te met intérieurement en PLS
  • Croire que tu peux vivre sans la substance ou la personne dont tu es dépendant
  • Expérimenter des comportements, des attitudes, des lieux, qui te sortirons des schémas qui te maintiennent dans tes anciens réflexes

La dépendance et les addictions peuvent arriver à tout moment de la vie mais prennent racine, surtout quand on est faible. Ainsi donc, l’un des moyens les plus efficaces de s’en défaire est de travailler sur sa force intérieure. Pour ce faire, un travail conséquent sur le développement de son mental, est nécessaire. Faire des essais, prendre ses distances progressivement grâce à des tests de plus en plus longs, est nécessaire. Changer radicalement peut aussi aider. Néanmoins changer de logement, de travail, de fréquentations, de loisirs, peuvent aider les personnes les plus paumées, à trouver une orientation salvatrice, pour leur quotidien.

Dernier conseil, la dépendance vient aussi souvent, quand on ne suit pas sa voie intérieure, ou qu’on l’a perdue, à force d’écouter les autres voies de notre entourage au fil des années.

Il est alors plus sage de faire confiance à sa guidante intérieure, pour comprendre comment se sortir au cas par cas, de ses dépendances affectives.

Ce travail permet à ceux qui l’entreprennent de mieux se comprendre et de mieux se connaître. Il est utile, car nous permet de savoir quand nous sommes affaiblis et quand nous sommes plus forts. En comprenant nos cycles et états d’esprit, nous trouvons la puissance pour diriger nos vies avec foi et détermination.

Quand on a compris de lien entre dépendance affective et addictions, on peut s’en défaire. Cela ne se fait pas en un soir, mais permet d’aller de l’avant, sans plus jamais se retourner. La première habitude à travailler pour y arriver est de trouver un moyen de se retrouver seul. On le fait dans une pratique qu’on apprécie, méditation, lecture, écriture … À ce moment, tu peux d’apprendre à rester seul pour entendre et comprendre ton dialogue interne.

J’espère que mes conseils et mon expériences t’auront aidé à avancer dans ta quête de la vérité. Si c’est le cas Aime, partage, abonne toi. C’est le meilleur moyen pour m’encourager à poursuivre le travail de vulgarisation des sciences du succès, que je fais ici, avec toi.

Sinon, rappelle toi pourquoi tu es là. Change de vie, Agis-Maintenant !

En cliquant sur la fenêtre ci-dessous 👇🏽, tu peux accéder à ce même article au format podcast et l’écouter tranquillement et confortablement.

PlayPlay
Partage cet article maintenant, si il t'a été utile.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.