La libellule va toujours de l’avant.

Les vampires existent en Guadeloupe.

Les vampires existent vraiment et tu dors peut-être avec. Je t'en dis plus dans cet article.

« Vampires » est le nom que l’on donne à ceux qui survivent en se nourrissant de l’essence vitale des autres. Il peuvent vampiriser le temps, l’énergie, les émotions, l’humeur, l’enthousiasme, tout ce qui fait de l’autodidacte une personne prête à toutes les bonnes actions pour réussir. Ils vont même parfois s’octroyer une partie de ton travail, en prétextant que c’est grâce à eux que tu progresses dans tes projets. Le vampire est là pour prendre, il ne donne jamais. Il vient pour se servir et, laissant sa proie exsangue, il s’en va vers d’autres cieux pour détecter et dévorer de nouvelles proies.

Quand les vampires sont dans ton entourage.

Apprendre seul, c’est souvent apprendre sans moyens. Je parle de moyens financiers ou technologiques, mais aussi de moyens humains. Avoir ne serait-ce qu’un mentor vient raccourcir la courbe d’apprentissage de beaucoup. Seulement parfois, les ressources humaines que tu as autour de toi sont celles là mêmes qui bloquent ton désir de progrès. Les gens qui t’aiment sont aussi ceux qui peuvent te bloquer émotionnellement, énergiquement, mentalement, avec leurs croyances ou autres.

Quand on vient d’un milieu ignorant des façons de commercer, il devient douloureux de mettre les gens au travail. Les gens sont prêts à travailler pour gagner de l’argent, mais rarement pour CONTRIBUER. Ils désirent que le capital soit là immédiatement, afin de pouvoir jouir des plaisirs éphémères qu’ils aiment tant. C’est une des raisons pour lesquelles beaucoup de personnes sans le sou abandonnent des projets cruciaux pour leur vie et celle de leurs proches. Ils veulent prendre et te demandent de donner, ne pensant jamais à la manière dont ils peuvent venir en aide, d’une manière ou d’une autre.

L’autodidacte & le vampire.

Rencontrer les bonnes personnes est un parcours du combattant, en fonction de l’endroit où l’on vit. Vivre à Amsterdam, c’est plus simple pour faire des affaires, que de demeurer à Pointe-à-Pitre. La géographie et la culture aidant, il y a des endroits où il vaut mieux naître. Trouver les bons partenaires et les bons collaborateurs est une tâche compliquée, notamment quand cette culture ne nous a pas été transmise. Cela jette un voile mystique sur l’entrepreneuriat qui n’est rien de plus que l’arrangement d’échanges commerciaux entre deux ou plusieurs parties consentantes. À certains endroits, il est plus simple de se défaire des vampires, car l’énergie du lieu est contraire à ses habitudes. Seulement, tout autodidacte doit se prémunir contre les attaques ou approches vampirisantes, s’il tient à développer ses projets comme il se doit.

Mon expérience récente, avec un vampire.

C’est parce que je traverse une situations particulière, que j’écris ce texte. La situation est la suivante : Un de mes proches a accepté de faire le démarchage auprès de nos futurs clients pour le Kombucha. Seulement il avance à un rythme de merde. Il n’a toujours pas de résultats après trois semaines de promesses, alors que nous avons des échéances proches. Cela me fout un stress pas possible. En Guadeloupe, tu peux trouver une personne qui t’assure que tu peux compter sur elle et ensuite, ne plus jamais avoir de nouvelles. C’est une forme de vampirisme énergétique, bien maîtrisée au sein de la culture antillaise. On dit que ces personnes sont « en couillonnade ». Mais ces gens-là sont des pompeurs d’énergie qui sabotent tes efforts, alors qu’ils se sabotent aux-mêmes, car dans la même dynamique. Ce sont nos vampires locaux. 

Comment agissent ces vampires ?

Ils aiment à se rapprocher de toi, parce qu’ils aiment ce que tu dégages. Seulement le travail n’étant pas fait de leur côté, ils te voient évoluer et aimeraient être à ton niveau. N’y arrivant pas, ils utilisent une méthodologie très particulière. 

  • Du jour au lendemain, plus de nouvelles
  • Il trouve des prétextes pour ne pas te répondre
  • Toutes tes remarques sont mal prises et il te fait culpabiliser « de lui mettre la pression »
  • Il fait tout pour décourager l’accomplissement du projet
  • Il en va parfois jusqu’à dire que tu compromets votre amitié
  • Votre échec devient le tien uniquement, car il a raison de t’avoir largué

J’ai rencontré cette situation un nombre incalculable de fois et je peux affirmer que ce trait psychologique est profondément encré dans une certaine partie de la population, car on voit ces comportements se reproduire, même dans les couples « les plus soudés ». Les vampires ne sont pas qu’en Guadeloupe, ils sont partout.

Leur mission.

Ils donnent leur parole puis disparaissent, comme si cette dernière n’avait aucune valeur. Ces gens-là agissent comme si leur mission était de décourager les plus énergiques. Le pire, c’est qu’ils n’ont aucune raison valable à posteriori pour faire valoir leurs manquements. Cela me met dans une situation particulière par rapport au développement de mes business. Je ne sais pas vers qui me diriger, ni comment apporter mon offre sur le marché, car je dois à la fois penser au développement de l’affaire, mais aussi démarcher, qui est vraiment la tâche que j’apprécie le moins dans les activités commerciales. Cela serait plus simple, si je savais vers qui me diriger ou encore, si j’avais quelqu’un avec qui en parler.

Comment réagir suite à leur passage ?

Cette situation m’a mis en colère et j’ai cherché quoi faire de cette colère, souhaitant la transmuter en quelque chose de mieux. La transmutation est une action que doit apprendre à mener l’autodidacte, surtout quand son environnement direct joue contre lui. Elle lui apporte une capacité de résilience accrue. Cela est dû au fait que l’action négative qui s’est présentée, est transformée coûte que coûte en une réaction positive. Nourri par une vision centrale, l’autodidacte ne se laisse pas détourner de ses buts. Il utilise leur pouvoir et sa motivation intrinsèque pour apprendre du passage du vampire et obtenir des résultats dans sa quête.

J’ai transmuté l’énergie qui m’a été transmise. J’ai choisi un objectif en rapport avec celui que j’avais déjà. Ensuite, j’ai fait tout ce qui était en mon pouvoir pour transformer ma frustration en force d’action. C’est le moyen le plus simple que je connaisse de dépasser cet écueil. Et toi, as-tu des astuces à me proposer, pour éviter de se faire vampiriser ? Si oui, écris-les en commentaires.

Le vampire est possédé.

Il faut lui opposer l’action régulière au vampire, pour le désensorceler. Le vampire doit voir que tu avances envers et contre tout, même au bout de 20 ans. Il doit constater que tu es en mesure de créer une solution au problème qu’il t’a posé. Et crois-moi, le vampire dont nous parlons peut rester des décennies à t’observer, avant de comprendre enfin que tu as raison.

Parfois, ces décennies créent un tel écart entre vous, qu’il préfère penser qu’il n’a pas eu de chance et que la vie t’a souri, plus qu’à lui. Le vampire trouve toujours un problème à tes solutions et c’est pour cela que, dès que tu le détectes, tu ferais mieux de l’éloigner de toutes formes de projets constructifs dans ta vie. Parfois le vampire dort dans ton lit, parfois il mange avec toi. Il est de ta responsabilité de savoir jusqu’où tu le laisses pénétrer dans ton intimité.

Parfois on peine à rebondir, après le passage des vampires.

Pour l’instant, je ne trouve pas de manière de sortir de cette situation, car l’étape de la vente est vraiment ma bête noire. C’est un exercice que j’ai beaucoup pratiqué et dans lequel je ne me suis jamais senti à l’aise. J’ai été commercial pendant plus d’une dizaine d’années. Je l’ai fait pour dépasser mon manque d’aisance dans la vente. Seulement, je n’ai jamais réussi à passer le cap du malaise. C’est pour cela que je m’entoure pour faire les actions dans lesquelles je brille le moins. Je reste dans l’observation, croyant fermement que je rencontrerai des personnes qui auront besoin de mon projet pour apporter du sens à leurs actions. On peut peiner à rebondir, mais on se doit de ne jamais abandonner la quête. C’est l’essence même de l’autodidacte.

Que dire de plus ?

Le stress généré à cause de l’attitude de mon proche est celui que ressentent la plupart des entrepreneurs ou des autodidactes pauvrement entourés. Personne ne dit vraiment comment font ceux qui savent s’entourer pour y arriver. Avec qui travaillent-ils ? Ou alors, comment trouvent-ils les meilleurs travailleurs ou alors des gens motivés ? Certes, ils ont des problématiques humaines à régler, comme la plupart des entrepreneurs. Seulement, pour qu’ils aient ces entrepreneurs là, il leur a fallu démarrer à un endroit. Comment l’ont-ils fait ?

Si tu as des réponses à ces questions, je suis preneur. Tes commentaires sont bienvenus.

Sinon, je te dis à bientôt.

Partage cet article maintenant, si il t'a été utile.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *